LA syrie... et merde !

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Matagagna le Mer 15 Aoû - 10:37

"la Russie et la Chine, pays dictatoriaux"
--------------------------------------------------------
Et pas la Belgique? Un pays où on est politicien de père en fils. Rolling Eyes
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Démocrate le Mer 15 Aoû - 21:51

Matagagna a écrit:"la Russie et la Chine, pays dictatoriaux"
--------------------------------------------------------
Et pas la Belgique? Un pays où on est politicien de père en fils. Rolling Eyes


Ben, on n'est pas forcé de voter pour qui que ce soit ici, et je ne pense pas que les votes soient "corrompus" quand ont voit toutes les précautions qui sont prises. Cool

On peut manifester pacifiquement sans se faire mettre en prison ou être catalogué dans un fichier..., sans pression sur la famille.

Franchement, sans même parler de la Chine, entre la Russie de Poutine et la vie en Belgique... il n'y a pas photo selon moi! What a Face



_________________
Et pourtant elle tourne...
avatar
Démocrate
Admin

Messages : 11551
Points : 14026
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 95
Localisation : Ici

http://1313.sos4um.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Matagagna le Jeu 16 Aoû - 11:11

L'éternel "ferme ta gueule" et "cause toujours". En Belgique si tu vote pour ton candidat ce n'est pas nécessairement lui qui aura ta voix mais plutôt celui que son parti aura choisi.
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Démocrate le Jeu 16 Aoû - 19:56

C'est bien pour ça que je ne vote jamais pour un "ténor". wink
Les trop gros scores ont tendance à écraser les autres.

Et en général, je cherche quelqu'un qui travaille encore, qui est actif sur le terrain.
Si la personne est élue, elle sera encore avec la tête dans les réalités.

Pas ces subtilités en Syrie... où là, si t'es pas pour Bachar, c'est un obus de char dans la "gueule" en guise de bulletin de vote! What a Face

_________________
Et pourtant elle tourne...
avatar
Démocrate
Admin

Messages : 11551
Points : 14026
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 95
Localisation : Ici

http://1313.sos4um.net

Revenir en haut Aller en bas

Révolution?

Message  Matagagna le Jeu 23 Aoû - 11:36

..."Le barbier affirme que la politique "ne l’intéresse pas". Le client, avant de passer la porte, lâche : "La liberté ? Quelle liberté, celle de Bachar ? Ou celle des types d’en face, encouragés par les forces de l’extérieur ?" ...

C’est de l’extérieur que vient toute cette histoire." Il ne veut pas en dire plus et donne l’impression qu’il s’est même beaucoup trop avancé...

..."Les Occidentaux veulent abattre notre souveraineté. On vivait sous la tyrannie d’un clan. Mais on s’y était habitué. On pouvait circuler, aller manger une glace et se baigner à Lattaquié (NdlR: à 200 kilomètres à l’ouest d’Alep), ou rouler de nuit vers Damas. Rien ne pouvait nous arriver. Les femmes circulaient la nuit. Maintenant, elles sortent et elles se font tuer dans la rue. C’était notre tyrannie. Mais on ne veut pas celle des Américains, d’Israël, des Français, des Anglais ou des Allemands."

http://www.lalibre.be/actu/international/article/756412/toute-une-guerre-pour-un-fauteuil.html


avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  suricate le Jeu 23 Aoû - 15:36

Et dire que des soldats occidentaux sont forcés de se rendre là-bas pour faire tenter de faire respecter un semblant de calme, et que cela coûte les yeux de la tête à ceux qui paient les munitions...

On ferait peut-être mieux de n'intervenir que dans les pays qui le demandent expressément... Evidemment, cela ne ferait pas les affaires de la FN... (entre autres). No

Je sais, c'est simpliste comme réaction, mais si on laissait les gens "se débrouiller" entre eux, cela n'irait peut-être pas plus mal... Encore une fois, ceci suppose que l'on soit prêts à aider le pays qui le demande.

Prétendre faire le bonheur des gens malgré eux, est-ce la bonne solution ?
avatar
suricate
3
3

Messages : 824
Points : 876
Date d'inscription : 18/04/2010
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Il est beau le printemps arabe.

Message  Matagagna le Mer 12 Sep - 13:41

Des manifestants armés se sont attaqués au consulat américain à Benghazi pour dénoncer un film offensant l'islam.

BENGHAZI L'ambassadeur des Etats-Unis en Libye, J. Christopher Stevens, et trois fonctionnaires américains ont été tués mardi soir dans l'attaque du consulat à Benghazi, dans l'est de la Libye, a déclaré mercredi à l'AFP un haut responsable du ministère de l'Intérieur.

http://www.dhnet.be/infos/monde/article/407685/libye-l-ambassadeur-americain-et-trois-fonctionnaires-du-consulat-tues.html#comments
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Démocrate le Jeu 13 Sep - 21:54

Une analyse intéressante...

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120913.OBS2353/video-anti-islam-neoconservateurs-et-islamistes-allies-objectifs.html

Pour l'universitaire Mathieu Guidère, qui vient de publier "Le printemps islamiste : démocratie et charia", aux éditions Ellipses, la diffusion d'une vidéo présentée comme la bande-annonce d'un film anti-islam arrange à la fois les néoconservateurs américains proche du candidat républicain Mitt Romney et les fondamentalistes islamistes qui souhaitent prendre le pouvoir dans les pays arabes.



Pourquoi un film aussi médiocre, aussi peu professionnel et non soutenu par les Etats-Unis a pu mettre ainsi le feu aux poudres en Libye et en Egypte ?
- La réponse est dans la question. Le film n'est pas l'objet premier de cette affaire. Je pense que c'est un prétexte : personne n'a jamais vu le réalisateur, pas même les acteurs. Il n'a jamais été projeté nulle part et personne ne l'a jamais vu dans son intégralité. Nous n'avons qu'une bande-annonce. Nous ne savons pas par qui il a été réalisé réellement, qui est derrière. Je ne vais pas entrer dans une théorie du complot mais le film n'est pas l'objet premier. D'autant que ceux qui manifestent ne l'ont jamais vu. Il n'a jamais été projeté en Egypte et quant à la bande-annonce, comment voulez-vous qu'en Libye, étant donné l'état des infrastructures, qui que ce soit l'ai vue ? C'est une opération montée de toutes pièces du côté américain comme du côté arabe.



Qui aurait monté cette opération aux Etats-Unis et pourquoi ?
- On est, aux Etats-Unis, dans un contexte électoral exacerbé, dans les sept dernières semaines de la campagne présidentielle, et la course à la présidence est très serrée entre les candidats, Barack Obama et le Républicain Mitt Romney. Tous les coups bas sont permis. Avec cette affaire, les Républicains attaquent Barack Obama en l'accusant d'avoir été un président mou, pas assez ferme avec les islamistes depuis le printemps arabe. Grâce à ce pseudo-film produit par des néo-conservateurs proches des Républicains, ils ont une thématique qui leur permet de l'attaquer.

D'ailleurs, Barack Obama a été relativement modéré dans sa réaction à l'attaque du consulat. Et les Républicains, dont Mitt Romney, l'ont immédiatement accusé de se coucher devant les islamistes. Obama a cru que l'élection était gagnée avec l'assassinat de Ben Laden. Il a été aussi le président qui a tué le plus de membres d'al-Qaïda en dehors de toute illégalité. Et, malgré cela, il ne parvient pas à avoir une image d'homme ferme dans l'opinion américaine.

Cette attaque est donc du pain béni pour ses opposants qui désormais l'accusent de ne pas défendre ses concitoyens à l'étranger. L'enjeu est un retour sur le devant de la scène aux Etats-Unis des faucons, des néoconservateurs de l'ère Bush. Pour moi, ce film a été sorti pour tester la position de Barack Obama vis-à-vis du monde musulman et pouvoir l'instrumentaliser. J'attends maintenant de voir les réelles connexions entre les producteurs du film et le parti républicain. Ce ne serait ni la première ni la dernière manipulation dans un contexte électoral.



Vous parliez aussi d'une manipulation du côté arabe…
- Il y a en effet une instrumentalisation qui sert un agenda intérieur, que ce soit en Libye ou en Egypte, ou même en Tunisie. Il y a une lutte acharnée pour le pouvoir depuis la montée des islamistes à l'issue du printemps arabe mais entre une frange islamiste qui se veut modérée – les Frères musulmans – et leurs challengers, les salafistes, que ce soient des mouvances, des tendances ou des partis : al-Nour en Egypte est le deuxième parti du pays avec 25% des voix, en Libye le mouvement salafiste est aussi important, même s'il s'est rallié au parti islamiste aux dernières élections.

Par ailleurs, les salafistes tunisiens n'ont pas attendu cette affaire puisque cela fait six mois qu'ils font des actions de provocation. Dans ce contexte de compétition entre islamistes, il y a la même problématique qu'aux Etats-Unis : comment prend-on le dessus ? Jusqu'à présent, ce sont les Frères musulmans qui ont pris le dessus.

Mais les salafistes veulent peser aussi sur les nouvelles institutions : je souligne que l'attentat contre le consulat en Libye intervient certes le 11 septembre – date symbolique – mais aussi la veille de l'élection du nouveau Premier ministre libyen. On est dans un contexte de lutte de pouvoir très important.

En gagnant en médiatisation, les salafistes gagnent en soutien dans la population. Que ce soit du côté américain ou du côté arabe, l'instrumentalisation vient du fait que les thématiques employées sont très clivantes et même sacrées de part et d'autre : la liberté de culte d'un côté et la liberté d'expression de l'autre. Les gouvernements en place ne peuvent pas intervenir contre ceux qui défendent ces principes au risque de devoir faire face à de vraies révolutions.

Derrière tout cela, l'enjeu est le retour à la décennie Bush, celle des faucons, les conseillers du président néoconservateurs qui faisaient face à Ben Laden et aux autres terroristes. Obama a réussi à marginaliser ces excités et on a pu enfin entendre des voix plus modérées ces dernières années.

Ce qui se joue aujourd'hui aux Etats-Unis et dans les nouvelles démocraties c'est le risque de se retrouver démocratiquement face à des néo-conservateurs américains évangélistes face à des néo-fondamentalistes musulmans. Vous avez une échéance électorale dans l'année qui vient en Tunisie, une également en Libye, en Egypte, n'en parlons pas. Et si on se retrouve dans cette nouvelle configuration, les voix modérées comme celle d'Obama deviendront inaudibles.

Dans cette affaire, les néoconservateurs américains qui sont de retour avec Mitt Romney et les néo-fondamentalistes islamistes sont des alliés objectifs.


_________________
Et pourtant elle tourne...
avatar
Démocrate
Admin

Messages : 11551
Points : 14026
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 95
Localisation : Ici

http://1313.sos4um.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Démocrate le Jeu 13 Sep - 22:11

http://tempsreel.nouvelobs.com/vu-sur-le-web/20120913.OBS2313/brulot-anti-islam-un-coup-monte-pour-attiser-les-haines.html

L'ensemble des insultes contenues dans la vidéo n'ont pas été prononcées par les acteurs mais rajoutées lors du doublage.

confused

Toute cette histoire a l'apparence du "coup monté" .
On a les "néo-conservateurs" américains et israéliens d'un côté et les intégristes islamistes de l'autre.
Ce sont les meilleurs ennemis du monde, ils ont besoin l'un de l'autre.

Une réélection d'Obama viendrait perturber leurs plans respectifs de mettre le monde à feu et à sang. D'un côté comme de l'autre ces gens sont nuisibles au genre humain! Evil or Very Mad

_________________
Et pourtant elle tourne...
avatar
Démocrate
Admin

Messages : 11551
Points : 14026
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 95
Localisation : Ici

http://1313.sos4um.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Matagagna le Ven 14 Sep - 10:17

Obama sera réelu, la seule possibillité pour qu'il ne le soit pas serait de la triche comme avec Al Gore mais Obama est le président actuel et peut donc en tant que tel prendre ses précautions. Cool
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Démocrate le Ven 14 Sep - 21:39

Matagagna a écrit:Obama sera réelu, la seule possibillité pour qu'il ne le soit pas serait de la triche comme avec Al Gore mais Obama est le président actuel et peut donc en tant que tel prendre ses précautions. Cool

J'aimerais avoir ton optimisme! Very Happy

Il n'y a pas de carte d'identité aux EU.
J'ai lu que dans certains Etats tenus par les républicains, ils ont pondu des lois pour exiger certains documents, en s'exprimant clairement.
Du style: "Les pauvres ne pourront pas parcourir les distances pour se les procurer, ils ne voteront pas, et de cette manière on va l'emporter."

Je n'ai plus le texte sous la main, mais c'était exactement cela qui était exprimé.
Cela fait partie de batailles juridiques incroyables dans ces Etats pour que tout le monde puisse voter! Shocked

Ce qu'Obama a en face de lui, c'est une véritable mafia! Evil or Very Mad




_________________
Et pourtant elle tourne...
avatar
Démocrate
Admin

Messages : 11551
Points : 14026
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 95
Localisation : Ici

http://1313.sos4um.net

Revenir en haut Aller en bas

Assad peut tomber "à n'importe quel moment"

Message  Démocrate le Lun 3 Déc - 21:48

http://www.lalibre.be/actu/international/article/781631/assad-peut-tomber-a-n-importe-quel-moment.html



Le chef de la Ligue arabe pense qu'Assad peut tomber "à n'importe quel moment"


Le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères Jihad Makdissi a quitté son poste et s'est rendu lundi à Londres à partir de Beyrouth, a affirmé l'Obervatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Il a été poussé à la démission par l'entourage du président, mais pas par le président lui-même, et il est parti lundi pour Londres avec sa famille via l'aéroport de Beyrouth", a déclaré le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Ces gens étaient jaloux de sa notoriété car il passait souvent sur les télévisions étrangères".

"M. Makdissi a été relevé de ses fonctions après avoir improvisé des déclarations sortant du cadre officiel syrien", a rapporté de son côté la chaîne Al-Manar, organe du Hezbollah libanais, proche du régime syrien. Les médias officiels syriens n'ont pour le moment pas fait état d'informations concernant M. Makdissi.

Chrétien de Damas, M. Makdissi avait fait sa thèse sur les médias à Londres tout en travaillant à l'ambassade. Il avait été appelé à Damas au début de la contestation pour devenir le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Ces derniers temps, il était contesté par les responsables des médias à la présidence et par des membres du cabinet du ministère. Il avait confié à ses amis ces dernières semaines son exaspération mais gardait toujours son affection pour le président Bachar al-Assad.

S'exprimant parfaitement en arabe, anglais et français, père de deux enfants, sa famille résidait à Beyrouth, et il venait la voir le week-end, selon ses amis.

Le chef de la Ligue arabe a estimé lundi que le régime syrien pouvait tomber "à n'importe quel moment" face une opposition qui progresse, et a appelé la communauté internationale à ne plus se contenter de prôner un "processus" sans paix réelle dans le conflit israélo-palestinien. "Cela peut arriver à n'importe quel moment", a déclaré Nabil al-Arabi dans un entretien à l'AFP, interrogé pour savoir quand le régime de Damas pourrait être amené à disparaître.

"Aujourd'hui il y a des combats dans Damas", et après vingt mois de violences dans ce pays "je pense qu'il va se passer quelque chose bientôt. Les faits sur le terrain montrent très clairement que l'opposition syrienne progresse politiquement et militairement. Elle progresse chaque jour", a-t-il ajouté, interrogé au siège de la Ligue au Caire.

Il a également estimé que la nouvelle Coalition de l'opposition syrienne, qui s'est créée en novembre à Doha et a décidé de s'intaller dans la capitale égyptienne, "allait de l'avant". "Nous sommes en contact avec eux et nous les rencontrons tout le temps", a-t-il ajouté, alors que la Syrie de Bachar al-Assad est suspendue de l'organisation panarabe.

Interrogé sur une contagion du conflit syrien à des pays voisins, il a estimé que "la possibilité est là, on ne peut pas l'exclure". M. Arabi a également déploré que le soutien de la Russie à Damas empêche l'ONU d'avancer sur ce dossier, mais a estimé que la Chine, qui soutient elle aussi le régime syrien au Conseil de sécurité, pourrait évoluer: "les déclarations que font les Chinois montrent qu'ils sont plus souples".

Interrogé sur le rôle de l'Iran, considéré comme le plus ferme soutien de Bachar al-Assad dans la communauté internationale, il a estimé que Téhéran n'était en réalité "pas si influent que cela". Sur le dossier israélo-palestinien, M. Arabi se montre très critique envers le Quartette international (ONU, UE, USA, Russie) sur le Proche-Orient, appelant à tourner la page d'une formule qui selon lui privilégie un "processus" sans résultats. "Ce que je veux c'est parvenir à la paix, une paix qui soit juste, pas un processus".

A titre personnel, il a assuré ne pas utiliser l'expression "processus de paix", qui dans le cas israélo-palestinien revient selon lui à un "processus et pas de paix". Le Conseil de sécurité de l'ONU se borne à dire "qu'il faut davantage de commissions pour suivre tout ça, derrière des portes fermées, sans que l'on sache ce qui se passe, et dans les faits il ne se passe rien. C'est ça le Quartette", a-t-il dit.

Le Quartette international pour le Proche-Orient, qui a pour émissaire l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, a été lancé en 2002 mais les discussions de paix entre Israël et l'Autorité palestinienne sont aujourd'hui au point mort. M. Arabi a indiqué qu'il allait proposer que les Arabes "disent qu'ils ne veulent plus de tout cela".

"Tout cela va être examiné, et j'espère que les choses vont changer", a-t-il dit, en souhaitant que les pays arabes exigent du Conseil de sécurité l'application de la résolution 242 sur le retrait israélien des territoires occupés, au moment où Israël annonce des projets de nouveaux logements dans des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

"Si le Conseil de sécurité ne prend pas ses responsabilités, nous pourrions demander une conférence internationale" pour régler ce conflit, a-t-il dit. Diplomate et juriste international, Nabil al-Arabi, 76 ans, a notamment fait partie de l'équipe égyptienne qui a négocié la paix avec Israël en 1978-79. Il a été ministre des Affaires étrangères après la chute de Hosni Moubarak en février 2011, puis a été nommé à la tête de la Ligue arabe en mai de la même année.


_________________
Et pourtant elle tourne...
avatar
Démocrate
Admin

Messages : 11551
Points : 14026
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 95
Localisation : Ici

http://1313.sos4um.net

Revenir en haut Aller en bas

Assad tombera comme les autres...

Message  Démocrate le Lun 3 Déc - 22:09

Mon avis...

Assad tombera comme les autres...
Il y a eu plus de 40.000 morts dans le pays, sans compter les blessés, les déportés et toutes les destructions...

Ce que je ne pige pas, c'est qu'un médecin ophtalmologue pratiquant à Londres, donc pas dans le besoin, soit allé se fiche dans cette galère!

La soif du pouvoir et de l'argent?
Mais enfin! On ne vit pas 500 ans!

Quoi?
C'est vivre mieux d'aller à la tête d'un Etat totalitaire que de vivre paisiblement en pratiquant une profession honorable, qui gagne bien et permet de voyager dans le vaste monde?
Parfois l'intelligence... c'est à désespérer!

J'vous jure... je n'ai pas eu le p'tit Assad en classe!

_________________
Et pourtant elle tourne...
avatar
Démocrate
Admin

Messages : 11551
Points : 14026
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 95
Localisation : Ici

http://1313.sos4um.net

Revenir en haut Aller en bas

De charybde en scylla.

Message  Matagagna le Lun 3 Déc - 22:22


ans tomber dans la propagande étatique du régime baasiste, force est de constater que la Syrie est désormais une terre de Djihad ! Il est vrai qu’au début des événements, la contestation était pacifique, et que seul le régime évoquait la question du « terrorisme » pour justifier sa répression sanglante. Mais à l’heure actuelle, le conflit a pris une tout autre tournure, l’armée régulière et les Chabihas n’ont plus le monopole de la violence. Ceux qui se battent contre les troupes d’Assad sont certes les militaires et les appelés qui ont fait défection, mais aussi des djihadistes rompus au combat. Une réalité sur laquelle s’accordent les chancelleries occidentales, Moscou et tous les acteurs du dossier syrien.

"Celui qui cuisine le poison finit toujours par le goûter". Ce dicton levantin s’applique parfaitement au régime baasiste, qui n’a cessé de jouer le pompier-pyromane dans la région. Bachar el-Assad subit le revers de cette politique qu’il a suivie - comme son père Hafez el-Assad - dans les rapports avec les pays frontaliers de la Syrie. (1)

Comment les rebelles s’arment-ils ?
Ce rappel est indispensable pour comprendre que ce sont les mêmes réseaux de trafics d’armement et de combattants vers le Liban et vers l’Irak qui sont aujourd’hui utilisés dans le sens inverse. Ce sont les mêmes clans et trafiquants qui passent les armes, les munitions, les moyens de communication et les hommes. Les motivations sont souvent matérielles, loin des revendications politiques.

Ces réseaux, bien établis depuis des décennies, sont maintenant utilisés par des pays comme le Qatar, l’Arabie Saoudite et parfois même avec la complicité des douanes syriennes moyennant une rétribution. Une fois la frontière passée, il n’y aucun moyen de pister les armes. La CIA et d’autres services essayent tant bien que mal de filtrer l’aide pour que certaines catégories d’armes ne tombent pas entre les mains de groupes affiliés à Al-Qaïda. D’où la présence d’agents à la frontière turque, depuis laquelle l’acheminement du matériel est le mieux contrôlé...


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/mais-qui-sont-reellement-rebelles-syriens-wassim-nasr-428971.html#Su2PH3ghQ8mDJTjh.99

http://www.atlantico.fr/decryptage/mais-qui-sont-reellement-rebelles-syriens-wassim-nasr-428971.html
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  jeffry le Mar 4 Déc - 12:51

Choisir entre la peste et le choléra ? pale
avatar
jeffry
5
5

Messages : 5792
Points : 6772
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 69
Localisation : toujours au même endroit

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Démocrate le Dim 9 Déc - 20:38

http://www.lalibre.be/actu/international/article/783001/le-salut-de-la-syrie-entre-les-mains-americano-russes.html

Le salut de la Syrie entre les mains américano-russes?

L'ONU a qualifié de "constructifs" ces entretiens à Genève entre Lakhdar Brahimi, le vice-ministre russe des affaires étrangères Mikhail Bogdanov et le sous-secrétaire d'Etat américain William Burns. "La réunion a été constructive et s'est tenue dans un esprit de coopération", a indiqué l'ONU dans un communiqué.

La chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton avait rencontré jeudi à Dublin son homologue russe Sergueï Lavrov et M. Brahimi. Elle a reconnu que la rencontre n'avait pas débouché sur "de grandes avancées", mais souligné qu'il y aurait d'autres rencontres.

M. Arabi a indiqué que l'objectif des entretiens américano-russes était "de préparer une résolution (à soumettre) au Conseil de sécurité" en vue d'un règlement de la crise syrienne en capitalisant sur le dernier accord de Genève. "Une telle résolution sera un message clair au régime (de Damas) que sa protection est tombée", a-t-il espéré.

Le début de la fin?

_________________
Et pourtant elle tourne...
avatar
Démocrate
Admin

Messages : 11551
Points : 14026
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 95
Localisation : Ici

http://1313.sos4um.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Matagagna le Lun 10 Déc - 11:11

Je fait moins confiance aux américains qu'aux russes. Suspect
Les américains sont trop avides de pétrole.
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  jeffry le Jeu 27 Mar - 21:09

Comme quoi, il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis.
Je n'irai pas jusqu'à considérer B El Assad comme un saint mais j'ai de plus en plus de doutes quand au but poursuivi par ses opposants.
Une rébéllion qui au départ voulait renverser un tyran tourne carrément à la guerre sainte où les jihaddistes de tout poil s'en donnent à coeur joie ( même les ultras de Molenbeek !!! )
avatar
jeffry
5
5

Messages : 5792
Points : 6772
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 69
Localisation : toujours au même endroit

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Matagagna le Jeu 27 Mar - 21:16

Il y a des pays qui doivent êtres dirigés par des tyrans "éclairés". Sinon tout le monde veut être président à la place du président.
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Ils doivent regretter Saddam Hussein.

Message  Matagagna le Jeu 12 Juin - 21:54

Irak: les jihadistes avancent vers Bagdad... avant des frappes américaines?

Les combattants jihadistes avançaient jeudi vers la capitale Bagdad après s'être emparés de larges territoires du nord-ouest de l'Irak face à une armée en déroute, les Etats-Unis n'excluant pas de frappes aériennes pour enrayer l'offensive.

Craignant un assaut contre Kirkouk, les forces kurdes ont pris le contrôle total de cette ville pétrolière multiethnique située à 240 km au nord de Bagdad et de ses alentours après le retrait de l'armée irakienne.

Alors que le pays est plongé dans la tourmente depuis la prise mardi de la deuxième ville d'Irak, Mossoul, de sa province, Ninive, et de régions des provinces voisines de Kirkouk et Salaheddine, le Parlement devait se réunir jeudi, à l'appel du gouvernement du chiite Nouri al-Maliki, pour décréter l'état d'urgence. Mais, faute de quorum, cette session a été annulée, .

Face à l'offensive d'envergure de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), et l'impuissance de l'armée à la contenir, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit de son côté à huis clos à partir de 15H30 GMT...

http://www.lalibre.be/actu/international/irak-les-jihadistes-avancent-vers-bagdad-avant-des-frappes-americaines-5399bef435700435904d4085
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Pax americana.

Message  Matagagna le Ven 20 Juin - 13:57

Bartala (Iraq) (AFP)

Barricadés et terrorisés, les chrétiens de la ville irakienne de Bartala se sentent piégés, à la merci des insurgés sunnites qui contrôlent la ville toute proche de Mossoul et abandonnés par le gouvernement fédéral.

Bartala, qui compte 30.000 habitants, se trouve à seulement 20 km de Mossoul (nord), deuxième ville d'Irak et la première à être tombée aux mains des insurgés sunnites qui ont lancé la semaine dernière une vaste offensive dans le pays.

Depuis que la police a fui la ville à l'approche des insurgés, les habitants ne peuvent plus compter que sur une force de quelque 600 habitants chrétiens et les Peshmergas, les forces kurdes, pour les protéger.

Mais cette protection semble bien dérisoire face aux insurgés armés et bien entraînés. Et les chrétiens de Bartala, et ceux de Mossoul s'y étant réfugiés, amers, se sentent pris au piège entre les insurgés -- qui les considèrent comme des infidèles -- et le gouvernement, qui a échoué à les protéger.

"Le gouvernement s'en fiche de nous --nous avons vu comment l'armée s'est enfuie et nous a laissés condamnés à une mort certaine", déclare Saba Yussef une habitante qui héberge depuis peu sa belle-mère ayant fui Mossoul.

"Maintenant, nous nous en remettons à nos gardes, aux Peshmergas et à Dieu car nous n'avons pas de véritable protection face aux insurgés s'ils arrivent", ajoute-t-elle.

"Pour être honnêtes, nous avons peur. Nous savons que, si l'EIIL décide de venir, ils vont prendre toute la ville", déclare Milad Jibrael, faisant référence à l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) qui mène les insurgés sunnites ayant lancé depuis le 9 juin une offensive, prenant de larges parties de quatre provinces du pays.

Avec son ami d'enfance Tahrir Mounir, il fait partie d'une force locale qui protège les quatre églises de la ville.

"Je resterai ici quoi qu'il arrive. Si je dois mourir en protégeant cette église, je le ferai", ajoute-t-il dans l'église Maryam al-Adra.

- Barricades autour des églises -

Des barricades ont été dressées autour des églises de la ville, et des points de contrôle tenus par des chrétiens et des Peshmergas contrôlent les voitures qui entrent dans Bartala.

Les forces sont faiblement armées, mais cela n'empêche pas le responsable kurde local Idriss Sorchi de se déclarer confiant quant à leur capacité de repousser un assaut d'insurgés.

"Nous pouvons protéger cette ville et nos régions", affirme-t-il, assurant que, si les insurgés sont lourdement armés, notamment grâce aux armes abandonnées par l'armée irakienne, les Peshmergas ont également des ressources.

"Nous n'allons pas entrer dans Mossoul, mais nous avons pour ordre de protéger cette zone et de combattre les insurgés s'ils arrivent", déclare-t-il dans le quartier général local d'un parti politique kurde, réquisitionné par la force Peshmerga qu'il dirige.

Craignant un assaut insurgé, une vingtaine de familles ont déjà fui Bartala, où l'eau et l'électricité ont été coupées.

Mais la majorité sont restées, et hébergent des parents ayant fui Mossoul.

- Situation désastreuse pour les chrétiens -

Bernadette Bustros a quitté Mossoul avec son mari et ses cinq enfants après avoir vu les insurgés parader dans les rues de son quartier.

"Nous étions terrifiés, et nous avons commencé le voyage à pied", ajoute-t-elle, décrivant ce qui, pour elle, le dernier rebondissement dans un long cauchemar pour les chrétiens d'Irak, dont le nombre a plus que diminué de moitié depuis l'invasion américaine de 2003.

"Ça fait des années que notre situation est désastreuse. Deux de mes frères ont été kidnappés en 2008: l'un a été libéré, l'autre a été tué", déclare-t-elle.

"Maintenant, nous sommes pris au piège dans un conflit qui ne nous concerne pas".

"Du temps de Saddam Hussein (l'ex-dictateur renversé en 2003), on savait qu'il y avait un nom qu'il ne fallait pas prononcer", s'enflamme son frère.

"Mais maintenant, nous subissons l'oppression du gouvernement, la violence de ces insurgés, et nous n'avons nulle part où aller".

A l'église, Mounir fait le même constat.

"Nous avons eu un dictateur, puis un dirigeant (à la politique) confessionnel(le), et maintenant ces insurgés. Je doute qu'on puisse entrevoir un bon avenir en Irak".

http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/irak-non-loin-de-mossoul-les-chretiens-pris-au-piege-se-terrent-53a41edf3570c0e7433d591c
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Ces avions qui s'écrasent mystérieusement.

Message  Matagagna le Dim 27 Juil - 9:39

Il y a un an, Londres s'apprêtait à former 100 000 rebelles pour faire la guerre en Syrie, écrit lundi 7 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta.
Mais le parlement britannique a réalisé que ces mêmes hommes préparaient aujourd'hui des attentats contre le Royaume-Uni. L'un d'entre eux, qui se cache au Yémen, a conçu des bombes indétectables par les anciens moyens de contrôle dans les aéroports. Le président du comité parlementaire sur le renseignement Malcolm Rifkind a exigé de renforcer la sécurité dans les aéroports - la sécurité vérifiera très méticuleusement les téléphones, les tablettes et les chaussures en particulier.
Le Royaume-Uni pourrait subir des attaques d'islamistes radicaux qui combattent en Syrie, en Irak et au Yémen. Ils auraient notamment l'intention de faire exploser des avions civils. Selon Malcolm Rifkind, les citoyens britanniques sont devenus négligents et ne sont pas assez vigilants. Le concepteur en chef des explosifs d'Al-Qaïda, Ibrahim Hassan al-Asiri, caché au Yémen, est entré en contact avec ses "collègues" en Syrie pour leur transmettre ses secrets. D'après le quotidien Daily Telegraph, près de 500 citoyens britanniques combattent en Syrie. Sur les réseaux sociaux et en interview, ils déclarent vouloir déployer une campagne de terreur quand ils reviendront au Royaume-Uni - voire faire exploser l'avion qui les transportera du front.
En août 2013, le gouvernement britannique comptait former et équiper 100 000 rebelles pour combattre le gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie. Or aujourd'hui ces alliés potentiels se sont transformés en ennemis jurés. Washington estime que les avions américains encourent le plus grand danger. Plus tôt, le département à la sécurité intérieure des USA avait demandé aux aéroports européens de renforcer les vérifications sur les avions qui effectuent des vols directs aux États-Unis. Cela pourrait entraîner une attente plus longue dans les aéroports.
Selon les directives des Américains, les agents des services de sécurité devront toujours vérifier les smartphones et les ordinateurs. Les chaussures sont également considérées comme un objet sensible.
Depuis de nombreuses années les renseignements britanniques parviennent à prévenir les attentats. Bien évidemment, aucun équipement ne donne de garantie à 100%. Bien que le Royaume-Uni ait conçu des systèmes permettant de détecter un explosif dans le bagage ou dans la poche d'un passager. Mais le fait est que la production en série de ce système est très coûteuse. D'autant qu'il faudrait en équiper tous les aéroports et pas uniquement les terminaux britanniques.
Le risque d'attentat grandit car les terroristes ont réussi à créer une sorte d'entité publique au Moyen-Orient, sur le modèle des partis totalitaires comme le parti nazi qui avait son réseau d'agents en Allemagne. Mais la puissance des services de renseignement a décuplé quand l'appareil d'État s'est retrouvé entre ses mains. La situation actuelle est comparable. L'Occident est très inquiet d'une éventuelle apparition, en Irak, d'une structure disposant des pouvoirs publics.



http://fr.ria.ru/presse_russe/20140707/201735768.html
avatar
Matagagna
5
5

Messages : 8894
Points : 9132
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 67
Localisation : Ardenne profonde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA syrie... et merde !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum